Informo | Temples d’Angkor, le paradis Hindou sur Terre (Cambodge)

Temples d’Angkor, le paradis Hindou sur Terre (Cambodge)


Le site qui s’est imposé en tête du classement a remporté une victoire pour le moins écrasante, avec un écart de 36% par rapport au site suivant, alors que pour la deuxième place, les résultats étaient très serrés. Quel est donc le secret du succès du site archéologique d’Angkor ? Plus grand temple du monde dédié au dieu hindou Vishnou, datant du XIIe siècle, Angkor Vat détonne un peu dans un Cambodge majoritairement bouddhiste. Immense représentation du mont Meru, le séjour des dieux hindous, c’est l’incontestable pièce maîtresse du site. Il est composé de milliers de blocs de grès ornés de bas-reliefs si délicats et gracieux qu’ils semblent sculptés par les dieux ; ils illustrent les légendes du Ramayana, du Mahabharata et des Puranas. Ce magnifique monument est le plus précieux vestige d’un royaume hindou qui s’étendait jadis jusqu’en Birmanie, au Laos et dans le sud de la Chine. Même en Asie du Sud-Est, si riche en temples, Angkor sort de l’ordinaire. Cet ensemble recèle plus de 1 000 temples, sanctuaires et tombes dont les tours s’élèvent telles celles d’une cité perdue dans la jungle du nord du Cambodge. La ville de Siem Reap voisine étant desservie par des vols internationaux, on ne peut dire qu’Angkor soit secrète, et pourtant, le visiteur qui s’aventure parmi les racines transperçant des murailles anciennes et les effigies de divinités couvertes de plantes grimpantes aura l’impression d’être un aventurier découvrant une terre vierge derrière un rideau de verdure. Au fil des siècles, les habitants de cette cité céleste abandonnèrent l’hindouisme pour le bouddhisme. Dans les temples, les deux mythologies se mêlent. Arriver à l’aube dans les ruines du temple du Bayon est une expérience unique : les visages bienveillants de l’Avalokiteshvara, bodhisattva de la Compassion, émergent alors doucement dans la brume, telles des apparitions célestes. Le voyageur est également saisi d’émotion face aux ruines envahies de végétation de Ta Prohm, temple du XIIe siè




179 | 2017-12-06 | World | France

Write by Crayzi